cabw cabmod modage

LES NOMBRES ENTIERS : Le nombre entier élémentaire….

Les nombres entiers en développement

Quelques définitions originales

À traverser les logiques à grand pas

À traverser les logiques à grand pas (suite)

agenph2a

Arrivé à la difficulté décimale des grands nombres

Hexaénumération de l'unité numérique

Commençons par le début du classement

agenph5a

L’initiale des nombres entiers


Jusqu’ici, la partie décimale du nombre parvient aux multiples. Maintenant que nous en connaissons quelques unes, je vais passer au sujet du nombre entier entièrement dédié au multiple commun. Après avoir terminé la première mouture de leurs production, il fallait que je publie ces termes sur ce site.

En cette page précisément.Tout commença par une application exacte, et en tant de recul à un nombre conséquent. De trouver le moyen de raccourcir le temps de calcul.

En cliquant sur ce cadre vous pourrez y voir une série de messages, en progression et erreurs incluses. Disons que c'est le début d'un incroyable développement, où tourner autour du pot prend un sens enfin serein.


Au départ de ce récit, il y a l’idée de connaître le contenu en sous-multiples communs à un nombre entier. Afin de citer les nombres avec lesquels la division est portable, et pour commencer simplement. La méthode la plus simple est de lire les nombres aux préalables sous-multiples, un par un, en ordre croissant.

Comme il s’agit du nombre original, à chaque fois que  cette ligne est positive. Ou, le nombre original divisé par le sous-nombre commun a le quotient un sous-nombre entier. Le cas de position du sous-multiple, pour une écriture qui a une terminaison.

La première machine à calculer les nombres communs à ma disposition, est restée longtemps utile. En une lecture de la séquence, allant de « 1 » à la racine carrée du nombre donné. Cette méthode infaillible allait accompagner les futures évolutions, un événement allait marquer, « le temps ». Les grands nombres donnés laissent à croire que leurs lectures risquent de durer un certain temps, avant de produire le résultat.

La lecture comparative des sous-multiples du grand nombre donné, met en séquence un seul point de lecture limité. L’espace de lecture en plusieurs points suggère une variabilité au nombre original, et aussi qu’ils soient on position stratégique. Selon l’emplacement original du sous-multiple, n’étant pas identique à tous les cas donnés.

Après ces points, se définissent les premières traces des positionnements. Les grands nombres laissent un espace important à l’intervalle des positions, surtout pour les communs avec des nombreux chiffres. Ces points de lectures comme arguments constamment exacts. Sur lesquels peuvent s’effectuer un fractionnement, visant à raccourcir le temps de lecture à l’aide de ces nombreuses évaluations.

S’il est assuré que la quête commune pour un grand nombre entier et premier, soit relative à une longue séquence de lecture. Nous sommes sûrs d’avoir compris que les grands nombres entiers non premiers, ont l’avantage en multiples en communauté. Et, puisque nous sommes toujours dans un nombre donné. Profitons-en, car il y a plus que des chiffres.

Dans le cadre du type dans lequel se situe le nombre, qui a un typage. La formule qui indexe les nombres entiers ne va pas fort, étant qu’elle a six types définis. En termes basiques, le type est le résultat donné par le reste entier de la division du nombre par six. Aussi facile que ça paraît, d’autant qu’en approfondissant ces termes. À reconnaître les familiarités de chaque lignée, et afin de distinguer les comportements des communs selon le typage original.

Le tableau a six éléments relatifs aux nombres entiers, au type zéro correspond la lignée six. Le type quatre de la quatrième lignée, a un sous-multiple. Et, respectivement les types deux et trois sont, pair et impair. Finissons avec les types un et cinq des lignées, ils ont la particularité d’être familiers aux nombres entiers premiers. Malgré que ce ne soit pas systématique, la réalité fait état d’un nombre préalablement entier premier. Il y a une chose à éclaircir au sujet des nombres premiers, et du niveau bas des lignées.

À la base des entiers, il y a un alignement typique aux nombres. Multiplicité aidant, de la dimension élémentaire du premier indivisible. Assemblant les états préalables, et par définition : Les nombres préalables premiers. Le niveau bas a deux composantes, qui sont ces deux premiers nombres (2, 3). Chacun d’entre eux, est un nombre premier. Ils ont comme communs (4, 6), le premier élément (4) est le carré (2*2). Et le deuxième(6), est produit (2*3). À la base il y a la définition de chaque lignée, deux pair (2), trois impair (3), deux carré pair (4), et le trois pair (6). Les nombres (4, 6) ne sont pas premiers, et toute leur importance est à leur typage. Élémentairement basée sur une série de six types, et son naturel basique a une base composée de six éléments. Ainsi l’empreinte couvre toute la surface des alignements, qui compte parmi les rangs les types (1, 5) éléments de composition du niveau bas à priorité préalable. Le un impair (1) et le cinq impair (5), aux préalables premiers. Ces huit types regroupent des séries naturelles, produisant une reproduction des types majeurs.

En reproduisant les types modaux de chaque élément de niveau bas, sans mentionner les nombres communs. Qui en fait son poursuivis par le module (%6), donnant le reste de la division et le rang de la ligne de typage.

Alias (2, 4, 6, 8, 10, 12)

Reste (2%6, 4%6, 6%6, 8%6, 10%6, 12%6)

Type (2, 4, 0, 2, 4, 0)

Les semeurs - cueilleurs communs

Premiers tempéraments & communs

Classeur Excel Nombres Harmoniques

Modèle temporel numéral banal

Code Python commun aux multiples : nphermier_0a.pydf.pdf