Afin d’assimiler l’évolution schémbiatonique, et en raison de son complexe. Je vous présente les premiers éléments utiles pour ces explications : 1- La gamme naturelle. 2- Le mode diatonique.

cabw cabmod

SCHÉMBIATONIE : L’onde de choc schématise l’harmonie diatonique, suite...

L’harmonie tempérée

Une description de l’onde, selon un pas à pas élémentairement basique…

L’harmonie tempérée

L’onde en milieu modal est une couverture aux formes harmoniques…

En se reposant sur l’eau, on peut apercevoir l’onde évoluer. Parce que cette matière colorée reflète l’image du ciel, et qu’elle est parfaitement visible par l’exemple de ses vagues. Alors la flottabilité de l’eau varie selon son niveau harmonique courant, ou bien sa meilleure stabilité. Ainsi, que les arguments nécessaires à l’explication de son niveau comportent d’étranges facteurs, tels : les courants des eaux, leurs températures, l’attraction terrestre, et même encore la pression atmosphérique, etc…

Si la terre est ronde ce n’est pas par hasard, en l’effet du groupe des matières en jeu. Ainsi, que d’effet en effet, il puisse se former de la chaleur, de l’électricité, de la compression, ou encore de l’activité. Enfin, toutes ces matières en mouvement qui composent cette boule de vie. Ont actuellement une finalité sphérique, signifiant ainsi l’équation élémentaire complexe et sa forme. Et en réduisant l’équation en un espace plat, on obtient le cercle qui est idéal à dessiner…

À force de dessiner intelligemment, on finit par faire des amalgames. Et de boules en cercles logiquement séquencés, on découvre comment les petites boulettes s’organisent. La coloration est l’indice d’une appartenance à une variété non négligeable de l’objet, ou de mouvement lorsqu’il s’agit de la modulation. Alors, des formes connues s’organisent avec la gamme musicale. Et l’effet harmonique nous donne sa forme originale, en des corps complexes…

Ligne harmonique Lignes modales C D E F G A B

L’unité de la note musicale est uniforme, si bien qu’elle construit une ligne harmonique. Elle est classée modalement, selon le degré diatonique développé. En suivant les notes diatoniques de chaque degré modal, on détermine les différentes tonalités modales.

Ainsi, on mesure une unité universelle pour chaque note. Et sa valeur harmonique lui confère une portée, si bien qu’une note est une unité. Aussi, son octave est l’unité doublée. Et ainsi de suite…

Pour parvenir à découvrir la modulation diatonique, il faut avoir songé à un scénario. Qui déroule des instants de modélisation, sur une scène uniquement diatonique. Ce qui plus simplement dit, que les lignes modales vont se juxtaposer sur la ligne originale du mode tonique. Ce dernier mis à contribution sonore, donne de l’amplitude. Ce mouvement brasse des disjonctions modales, en créant des événements harmoniques. Tels, par exemple, la juxtaposition numérique de la note. Car, la valeur numérique du nombre de notes juxtaposées implique une évolution.

Donc, trois notes superposées n’ont pas le même raisonnement, que quatre. Par la classification schémbiatonique on obtient des étapes menant a la juxtaposition harmonique, des variations des notes en évolution. Ainsi, qu’une ordonnance rangée selon qu’elle soit tonique ou bien diatonique. Puis, le problème de la transposition de tonalité, pour une finalité diatonique. C’est dire la complexité du développement schémbiatonique. Un nouveau mot, pour une nouvelle évolution d’origine musicale. Qui ne se lasse pas de métamorphoser son côté symblion

L’harmonie schématisée

Les degrés modaux en mouvements, la relativité des notes juxtaposées…

L’harmonie schématisée

Le parcours de la ligne modale, et la description de ses étapes…

symblionuage.pdf agesch4a agesch4b

L’harmonie simplifiée

L’image harmonique de la note, la diatonie multiple…

modage