cabw cabmod

COMPRENDRE : Histoire de la gamme naturelle majeure.

La relativité des temps diatoniques

Il était une fois, un temps pour chaque période à la mode...

La recrue des sens diatoniques

La musique ancestrale est remarquablement initiatrice de notions...

La nature naturelle de la gamme majeure

Après, le tempérament des quintes révélatrices, la mécanisation gammale...

Le mode diatonique naturel

Les modulations diatoniques majeures, et quelques transpositions...

Ce vendredi 17 juillet 2209, on sait que la gamme est répétée sur plusieurs octaves. Le piano est un instrument acceptant sept plages d’octaves. La gamme y est toujours la même, mis à part que les notes ont étés doublées, autant de fois que d’octaves. Le solfège est l’écriture musicale sur une portée, ci-droite en commençant par la gauche ; Il y a les trois clés courantes, les portées des notes, et un genre de clavier. Tout ceci est entouré des noms de notes.

Qui permettent la compréhension de cette notion théorique, qu’est la gamme naturelle de Do majeur.

On y voit la technique d’écriture des notes rangées, au travers la suite des octaves.

***

La modulation provoquée par le troisième degré, est plus éloignée. L’abstraction majeure est due, à un nombre de notes modales important. Il y a trois notes relatives majeures. Et, quatre notes mineures... La transposition des notes mineures, situe deux paires altérées. Une est mélodique, et l’autre sensible. La modalité divise deux séries modales : Tonale (3 tons)/Harmonique (2 tons)

La modulation la plus proche de la gamme majeure, (qui est le premier mode diatonique, avec sa note C qui en est la tonique). Est le quatrième mode majeur. La différence vient d’une seule note, et pas n’importe laquelle... Puisqu’il s’agit de la quarte augmentée, son défaut majeur. Devient une qualité harmonique de type symétrique, au centre diatonique dans la plage d’octave.

En comparaison avec la IVème modulation, le mode du cinquième degré est dominant. Là où la différence, ne tient qu’à une note. Sauf, qu’ici la modulation intervient sur la septième note sensible. Et, qu’il rejoint les modes mineurs en premier. Ainsi, diviser le modèle majeur en trois parties :Tonique (2 tons) / Médian (2 tons)/Sensible (1 ton). Aussi, deux sensibles majeures en plus.

DÉVELOPPEMENT : La gamme majeure et ses modulations diatoniques.

La gamme majeure se résume ainsi, elle a sept notes qui suivent une série précise d’intervalles.

Voici cet ordre : Ton - Ton - ½ Ton - Ton - Ton - Ton - ½ Ton.

Par exemple, le septième mode diatonique majeur,

suit cet ordre : ½ Ton - Ton - ½ Ton - Ton - Ton - Ton.

Donc, en énumérant les modulations diatoniques majeures, on fait un développement diatonique. Les degrés sont en séquence, ils sont le modèle idéal pour les transpositions. Mais aussi, pour le développement des gammes fondamentales relatives...

Étant donné la nature transposable des modèles diatoniques, l’énumération d’une gamme majeure dont la tonalité aurait changée par une transposition. Obtiendrait la suite identique des modulations tonales, à la différence des valeurs portées sur les notes par l’altération...

modgam