Lettre ouverte : Primeure ...

Lettrine :

Une lettre s’ouvre à vous, elle est sensée exprimer une initialisation.
Long est le temps, qui sépare les cultures populaires. Le parcours d’une séparation, égalisé au rythme des générations....

La culture populaire :

...Une différence s’est créée avec la culture populaire -
L’amplitude du marché culturel à développé une contradiction !

Le mode de vie musical est mal conditionné, c’est alarmant de voir l’impact technologique a visage humain. Exclamer devant le public, un monde sonore qui ne pourrait exister sans aucune technologie. D’où se greffent, les insatisfactions acoustiques liées aux musiques purement orchestrales. Autant de divergences de popularité, se trouveraient fortement regroupées en milieu professionnel. Car, la masse médiatique qui adore les « tubes », est sentimentalement monotone. Les professionnels de la musique n’ont pas la conscience de remarquer combien ils sont répétitifs.
Ils représentent un ensemble audiophonique complexe, une majorité toniquement créatrice. Ils sont fortement financiers, tout comme la majorité populaire. Le grand jeu musical est attirant, les foules de gens le prouvent. Ce n’est pas pour dire du mal à ce sujet, ou sinon de démontrer cette immaturité. Qui a la forme d’une culture musicale cachée, d’où la dénonciation à la faible existence d’une musique théorique.

Musicalement, au suivit des temps historiques, on aurait oublié que les premiers instruments ont étés créés grâce à la recherche théorique. Et, que toute la technologie musicale n’aurait été, sans un seul travail savant. Ce genre de vie musicale conditionne les générations, à profiter des fruits défendus, ceux des trop pleins de plaisirs. Car, la question est à qui profite le crime. Alors, la réponse est : À la jeunesse !
La population n’est pas responsable de son pouvoir d’achat.
Comme si, dans l’idée d’un marché facile et populaire ?

Dimanche 5 septembre 2010 / 19 : 37

Lettrine :

Si l’âme venait à dévoiler toutes ses mystérieuses raisons de penser, où allait-elle alors, se perdre à mes yeux. De la voir s’égarer dans les profonds secrets, de ce que la vie lui a fait savoir....

L’âme pure :

...Une âme nous est donnée, elle est depuis l’origine de notre vie, fidèle à notre personne physique. Sans cette âme, nous errerions avec nos rêves primitifs. Nous serions encore sans pouvoir se poser des questions, sans voir autre chose que le minimum vital. L’harmonie que fait régner l’âme, est un océan de questions aux réponses évidentes. Il est facile d’accepter la vie sur terre, sans aucune raison, ni d’une réponse au droit de vivre. Le spectre scientifique démontre une activité cérébrale, réduite a 10 % du volume total.

  1. Est-il bénéfique de chercher à dépasser ces 10 % ?
  2. Les 90 %, ont des résolutions méconnues...

Le droit unique du vivant conduit à une existence libre.
Où, le droit commun à chacun, a une exigence harmonique, de son fait. Dans un monde livré a lui-même, là où l’énergie a besoin de régénération. Comme si çà ne suffisait pas, l’univers se révélait d’autant plus féroce. Le supplice caché du vivant un peut trop prés des plaisirs, taisant un mystérieux enfer secret. Pour le cas, ayant une énergie positive à toute épreuve, en la conscience paradoxale « des mondes peuplés ». Des silencieux publics fondamentaux, aux bruyants modes de gaité. En comparaison l’activité cérébrale prévient le mouvement, qui est amorti par le calme plat aux rives des rêves les plus divers. Pourrait-on dire, si 100 % du cerveau est classé iso. Ou, s’il configure à l’état égal, le même mouvement à chaque chose ?

Ne restons pas dépassés par ces mystères, mais objectivement, voyons ce qui est clair à nos yeux. Notre conscience personnelle dicte nos pas, et nous sommes assez intelligents pour que l’ordre soit...

Samedi 18 septembre 2010 / 18 : 55

Lettrine :