cabw cab2000

L'art gammologique est un séquenceur naturel.

Si la gammologie étudie l'ossature des gammes, ainsi que la mélodie soit le solide argument d'expression musicale.

La phase naturelle est celle qui harmonise toutes les situations, celle qui donne au corps un sens à sa vie.

En musique, c'est la gamme qui fait la mélodie. Et, l'interprétation de la gamme est personnelle à chacun.

Les gammes sont qualitatives et quantitatives, elles sont principalement diatoniques, et pas seulement monotones.

Ce qui est de la quantité de notes et de leurs qualités naturelles, la gamme est une suite de notes diatoniques.

La gamme naturelle / majeure par excellence, aux sept modulations diatoniques, n'exprime pas tout !

Les altérations vont forcer la modulation diatonique, et vont recouvrer les soixante six gammes fondamentales.

Ainsi, qu'un ensemble de quatre cent soixante-deux modes diatoniques aux fondamentales...®

Elles sont divisées en familles quantitatives, à cause de leurs nombres de notes diatoniques.

La gamme chromatique a 12 notes, soit le maximum en possibilité instrumentale. La gamme naturelle chromatique de Do se défini différemment selon qu'elle porte comme altération. Chaque gamme heptatonique a son chromatisme, il suffit de respecter les règles établies par la gamme chromatique majeure. La gamme est une suite de notes allant de deux à douze, elles font partie d'autant de familles.


FAMILLE


NOMBRE DE NOTES


diadique



2 notes



triadique



3 notes



tétradique



4 notes



pentatonique



5 notes



hexatonique



6 notes



heptatonique



7 notes



octatonique



8 notes



ennatonique



9 notes



décatonique



10 notes



hendécatonique



11 notes



dodécatonique



12 notes


Ainsi, que sériées par leurs types d'expression sonore de ses composantes, de part leurs qualités.

L'importance remarquable des gammes, dans un contexte où se mêlent les fondamentales et les harmoniques. Est due à la mesure de son expression, d'être parfaitement unique, et ainsi de part son complexe diatonique, créer une harmonie d'ensemble compliquée par les essences modales. Il est toujours possible de modifier ces événements harmoniques fondamentaux, à cause de l'art musical ().

La mélodie met en place l'harmonie.

Le temps est son principal facteur d'évolution, car au fur et à mesure, la mélodie exprime sa sensibilité.

Un instant arrêté au présent, qui n'est pas sans futur, est un fragment diatonique de la mélodie choisie.

L'entraînement harmonique de chaque note de la mélodie, dont l'expression est sensitive, conduit à souligner certaines parties, ce qui fait que la cadence tempère la mélodie. La mélodie se joue des notes, et le compositeur sait que chacune de ces valeurs est unique, et qu'elles sont le moyen d'expression musical. 

La suite des notes mélodiques, font un cortège harmonieux où s'anime l'esprit effectif.

Dès le premier temps musical, on n'a pas tout entendu de la mélodie qui défile. En évoluant, elle exprime ses sensations, dans le monde complexe des harmoniques et des fondamentales. La musique est un art d'expression humain, ce qui est créateur d'ambiances orchestrales, même avec un seul instrument musical...

Toutes les créations musicales ont un effet mélodique, puisqu'elle peut être créée polyphoniquement.

Plusieurs instruments de musique peuvent interpréter la même Suvre musicale. Le moment de comprendre que les harmoniques sont complexes et élémentairement naturelles. De même, que ce complexe suit une ligne mélodique précisément incomplexe.

Chaque gamme à sa mélodie diatonique

Il existe plusieurs types de gammes, qui se nomment selon la ressource diatonique..

Puisqu'il y a 462 modes / 7 notes altératives, il y a 66 gammes fondamentales. L'histoire de la musique guide nos premiers pas... C'est pourquoi ; La gamme mélodique est avec une tierce mineure, la gamme harmonique a une sixième mineure, etc...

Il n'y a que sept degrés modaux : tonique tonal mélodique médian dominant harmonique sensible.

Les tonalités modulent dans un cercle fermé, car il y a un nombre finit de gammes.

Les gammes sont des mesures de tonalité, et sont pourvues d'un rayonnement tramant un espace uni.

Car chaque note diatonique aux fondamentales (66), à un emplacement précis, et calculée parmi les fréquences par division équitable de l'octave. Comprenez, qu'alors ce tracé, ne résonneront que des fréquences données. Ce qui fait, que l'octave soit le cercle privé de la gamme naturelle aux vertus altératives.

Après leurs classement, on détecte les gammes fondamentales, et leurs modulations diatoniques.

Voici l'histologie racontée du développement des gammes en général :

Çà commence à l'école de musique, avec notamment la gamme naturelle et* Alors, j'ai commencé par développer la gamme naturelle, qui est celle de Do majeur, et notre référence.

Chaque mode diatonique de cette gamme a son propre codage tonal, et appartient à la gamme majeure. Ce qui rendait ces modulations diatoniques à être majeures, et donc fondamentalement de même type.

* Maintenant il manque la vertu altérative de la gamme naturelle !

La première règle est de savoir qu'une gamme a les sept notes absolues, et sept degrés modaux diatoniques. Çà fait 7 notes multipliées par 7 modulations, produisent 49 comportements diatoniques.

- Les premiers pas du développement des gammes vont persévérer, en plusieurs étapes.

Commencer par les modulations majeures avec une seule signature altérative, en vérifiant de ne pas développer un double. Puis, deux... Et surtout, aller jusqu'au bout de ces gammes !

RAPPEL DU COMPLEXE : Une gamme = 49 comportements, 66 gammes = 3234 comportements.

Notre modulation de base, est la gamme naturelle majeure, aux notes non  signées.

Les notes non signées sont naturellement absolues, elles n'ont pas de signe altératif ( # ou b ).

Les signes ont plusieurs titres de popularité, ceux des gammes fondamentales et ceux des modulations diatoniques de l'exemple du tableau, ainsi que ceux des gammes chromatiques et commatiques.


C






D






E



F



### #D



## #E



## #F



## G



# A



B



C



C



bD



bb E



bbF



bb bG



bbb bA



bbb bbB



G






A






B



C


Ce sont les gammes fondamentales qui font la différence diatonique des modes répertoriés.

Elles sont censées être l'expression altérative la plus simple, les écarts dus à la modulation diatonique font la disparité des différences modales rencontrées, alors. Ainsi, que les modes restent toujours hiérarchique à la tonique, en gardant un incrément relatif - tonique. Soit, si le mode tonique est b3, le mode tonal est b2, ce mode tonal est naturellement b3 & b7, mais ici il est b2 & b3 & b7, le mode mélodique est b1...()

Ces dernières sont toujours majeures de septième, si la septième est altérée...?

En effet, les gammes fondamentales de Do, ont toutes la septième majeure !

Tandis, que les modes autres que toniques, ont tous des septièmes mineures ou plus !

Çà dépend de l'endroit où on commence à lire la gamme...

Les notes naturelles possèdent des qualités remarquables; alliées à des besoins altératifs.

La qualité sonore de la gamme naturelle, change de tonalité selon le degré de lecture.

Elle fait suivre deux parties tonales, répétitivité au niveau sensible de l'axe symétrique de l'octave.

Ces parts tonales, de par leurs qualités, ont des tempéraments toniques, a large sensibilité.

geogam cabw