HISTOGRAMME : La relation du complexe de la relation des tempéraments,...

En résumé, on développe les tempéraments annoncés dernièrement.
Tout en suivant les données précédentes ; Soit, le fait d’une double lecture du tempérament.
Et, du développement diagammique, du même tempérament.
Afin, de découvrir les différents effets développés.

cabw cabmod

L’armature obtempérée

La signature est composée d’éléments altéractifs particuliers...

L’armature définitive

Image didactique sur les champs de tensions harmoniques...

L’armature répétitive

La table est définissable par la qualité de ses notes musicales...

C


1:bSi
2:bDo




D






E


1:#Fa
2:#Mi

F


1:bMi
2:bFa




G






A






B


1:#Do
2:#Si


L’armature est contrainte à la rigueur naturelle des notes diatoniques, issues de la gamme de Do majeure.

On a compris, que pour altérer une note, il fallait faire attention à sa note voisine directement liée. Car, cette note se trouvant sur son parcours. Si elle ne laissait pas son emplacement libre, la note altérée ne pourrait pas terminer sa course.

On sait aussi, que le tempérament des quartes relatif à l’armature, qui porte des bémols. Ne pourrait pas commencer n’importe où. Au risque de provoquer des enharmonies, d’avoir pour un unique emplacement deux notes bien distinctes.

La quantité des armatures à développer, va devoir détailler le sens profond du rapport entre les notes. En utilisant un seul signe altéractif, les choses sont facilitées. Alors, on devine encore là, un autre complexe tournant autour du système gammique.


La rigueur décrite ci-dessus va être outrepassée, afin de développer l’ensemble des armures.
Aussi, vont ressortir du lot, les éléments ne donnant aucune enharmonie, c’est à titre de la qualité toniquement proche des gammes. Deux armatures peuvent ne pas présenter d’enharmonie, et ne présenter qu’une différence de tonalité modale, selon les rangs chronologiques des gammes fondamentales.

L’armature développe des gammes composées d’une quantité de notes, à chaque signe ajouté une gamme nouvelle apparaît. D’où l’expression diagammique, qui exprime une suite de gammes. Ce terme a copié sur le mot diatonique, qui exprime toutes les notes qui composent la gamme. Seulement là, ce ne sont pas uniquement des notes qui y sont développées. Mais, des gammes biens réelles !!!

L’armature itérative

Au-delà des habitudes naturelles, et relatives majeures...


Tous ces mots n’auraient aucun sens, s’il n’y aurait pas de développement !

Pour démontrer les arguments nécessaires à mieux comprendre les armatures :

  1. L’évolution selon les altérations :

Si les altérations créent le mouvement relatif aux forces voisines

C’est ici, qu’interviennent les résultats survenus lors des rencontres élémentaires.
Aussi, ces forces ont créées des nouvelles harmoniques, « ondes harmoniques »

  1. L’évolution selon les primitives :

Les éléments originaux et leurs premières résonances

Dans ce genre d’évolution, l’origine fondamentale des ondes réelles est intacte.
Les principaux éléments donnent leurs propres énergies, et influences.
Il est évident, que ces formes originales ont toutes leurs ondes exprimées.
Logiquement, les altérations n’ont pas annulées ces rôles fondamentaux !

armhar3a armhar3b

L’armature cognitive

Ce qu’elle a de majeur, parmi les relatives « majeures »...

armhar3c armhar2a modarm